Développement du territoire

Dans le respect d’un aménagement harmonieux des différentes zones du territoire (agricoles, commerciales, industrielles et résidentielles), en conformité avec la politique de développement durable et vu l’ampleur et la durée des impacts de développements futurs, le conseil municipal a consulté la population grandbasiloise en 2016 afin de faire un choix éclairé entre deux secteurs :

  • Secteur Sud-Ouest (104 hectares)
    Boulevard du Millénaire, près de la gare du train de banlieue vers la limite territoriale de Saint-Bruno-de-Montarville

  Extrait de la carte du territoire

  • Secteur de l’ancienne industrie ICI (136 hectares)
    Chemin du Richelieu, bordant la limite territoriale de McMasterville près de la gare du train de banlieue

  Extrait de la carte du territoire


Près de 150 personnes ont assisté à l’assemblée publique de consultation animée par un consultant de la firme Grisvert visant à mettre en lumière les opportunités et enjeux associés au développement des deux secteurs proposés ainsi que de mesurer les conséquences de ne pas développer davantage le territoire.

Aussi, un sondage en ligne a été rendu accessible du 30 mai au 17 juin et près de 600 citoyens l’ont rempli afin de donner leur avis et leurs commentaires.

Photo de la soirée de consultation sur le développement du territoire

Photo de la soirée de consultation sur le développement du territoire

Suivi de la démarche de consultation

Les Grandbasiloises et Grandbasilois ont signalé les trois préoccupations majeures suivantes :

  1. Peut-on corriger les problèmes de circulation sur la montée Robert et les boulevards du Millénaire et Sir-Wilfrid-Laurier (route 116)?
  2. Le gabarit des immeubles sera-t-il adapté à l’environnement bâti autour du secteur Sud-Ouest?
  3. De quelle façon seront utilisés les revenus de la vente des terrains pour la population?

Afin d’identifier et de proposer des solutions, trois comités internes ont été formés, par thème, avec des membres du personnel cadre et du conseil municipal.

Les comités ont été soutenus par des firmes externes pour, dans un premier temps, étudier l’urbanisation du secteur Sud-Ouest pour accueillir environ 10 000 nouveaux résidants qui occuperaient quelque 3 700 logements, pour en venir au bilan suivant :

  • Circulation
    Le projet devrait générer une augmentation ponctuelle de circulation de l’ordre de 25 % sur le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier, un achalandage approximatif de 1 500 véhicules à l’heure.
  • Aménagement urbain
    Afin d’harmoniser les volumes futurs au milieu bâti, tout en respectant la densité minimale prévue de 40 logements/hectare, une vingtaine d’hectares à réserver en parcs et établir un cœur institutionnel et commercial à proximité de la gare, des sommes importantes devront être investies pour les infrastructures.
  • Finances
    Une estimation des revenus de la vente de terrains municipaux a été établie à 18 M$ et le cout des infrastructures représente 33 $ par tranche de 5 M$ pour un rôle d’évaluation à 3 G$.

Les comités ont analysé ces questions et la Ville a confié un mandat à la firme Gris Orange Consultant inc. afin de poursuivre la réflexion sur les avantages et les inconvénients de développer l’un ou l’autre de ces secteurs tout en trouvant des solutions aux préoccupations signifiées par les citoyens. Il s’agit d’analyser la capacité résiduelle et manquante des réseaux, d’identifier les déficiences spécifiques et d’estimer les impacts des développements immobiliers sur les réseaux afin de pouvoir en discuter ultérieurement au niveau régional.

  Direction générale et cabinet du maire