Biens patrimoniaux

Au fil du temps, des biens liés à l’histoire ont été remis à la Municipalité pour conservation. Ils témoignent de notre passé religieux, scolaire, commercial et architectural.

Bouteille de lait d’époque

Une pinte de lait embossée et identifiée LAITERIE ST BASILE LE GRAND DAIRY

Les membres du conseil municipal 2013-2017 ont fait l’acquisition d’une pinte de lait (équivalant à deux chopines ou 1,137 litre) embossée et identifiée LAITERIE ST BASILE LE GRAND DAIRY d’un ex-collectionneur de Saint-Albert, Denis Morin, et en ont fait don à la Municipalité en aout 2015.

Une beurrerie est créée par Malo Lapalme vers 1910, laquelle est acquise en 1922 par Léopold Bouchard, diplômé de l’École de laiterie de Saint-Hyacinthe, en échange d’une terre à Bedford. Quelques années plus tard, le Dr Chevrier de Saint-Lambert convainc M. Bouchard de compléter son commerce avec une laiterie mais un violent incendie détruit le bâtiment en juillet 1932, en épargnant toutefois sa maison familiale attenante au 48, montée Robert. Sur les fondations des anciennes beurrerie et laiterie, M. Bouchard fait transporter une dépendance pour son fils, Jean, qui y élèvera sa famille jusqu’en 1981.

Jean Bouchard a accepté une offre faite par Henri Caillé, fils du cultivateur et marchand de glace, Joseph Albéric Caillé, de la Laiterie Mont Bruno Dairy inc. (nommée à la fin des années 1940 Caillé & fils et jusqu’à tout récemment Natrel) afin d’exploiter une route de lait à Saint-Basile-le-Grand, et ce, jusqu’à sa retraite en 1990.

Ce bien patrimonial qui témoigne de notre histoire collective est maintenant exposé au centre communautaire Lise-B.-Boisvert.

Sources : Plaque commémorative de l’édifice Léopold-Bouchard et notes de la Société d’histoire

Cloche de l’ancienne école du village

Dès son inauguration en 1934, l’école du village est coiffée d’un clocheton et la cloche signale le début des classes. Le bâtiment ayant été acheté par la Municipalité en 1966 et en vertu d’une clause du contrat de vente, suivant des travaux effectués sur le toit, la cloche fut retirée et remise à la commission scolaire. Son président tente alors de la vendre sans toutefois trouver preneur; la cloche est ainsi entreposée à l’école Saint-Basile (aujourd’hui un pavillon de l’école Jacques-Rocheleau).

En 2010, la nouvelle direction de l’école découvre la cloche dont on ne connait ni l’histoire ni la fonction et la commission scolaire des Patriotes décide de remettre l’instrument à la Société d’histoire.

Après avoir été restaurée et installée sur un support mobile par la Municipalité, la cloche est finalement confiée comme bien patrimonial à la communauté grandbasiloise en 2011, dans le cadre du 140e anniversaire de constitution de la Municipalité.

La cloche est exposée au centre civique Bernard-Gagnon de septembre à juin et au centre communautaire Lise-B.-Boisvert pour la période estivale.


Fontaine du presbytère

Vers la fin du 19e ou le début du 20e siècle, une fontaine est installée devant le presbytère qui fut détruit par un incendie en 1948 mais la fontaine est sauvegardée puis elle orne dès l’année suivante la devanture de la nouvelle résidence du curé.

En 1954, la fontaine est remplacée par une statue de la Vierge puis elle est récupérée par la famille Chagnon. Lise Boulay et Yvan Chagnon la redonnent à la paroisse en 2015 en vue de son intégration dans un nouveau lieu public créé sur le terrain de l’église, la place des Générations, un projet d’investissement proposé conjointement par la Société d’histoire et la Fabrique/Unité pastorale lors du 1er processus de budget participatif.

  Plaque commémorative

Source : Richard Pelletier. Saint-Basile-le-Grand : Son cœur de village, Montréal, Les Éditions Histoire Québec et Société d’histoire de Saint-Basile-le-Grand, 2015, 268 p.