Édifices municipaux

Parmi ses biens immobiliers, la Ville compte onze bâtiments principaux et quelques autres servant à abriter des infrastructures reliées au système d’aqueduc (stations de pompage).

  Consultez la carte interactive

Édifices administratifs

  Tous ces édifices sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, à l’exception de la mairie. En savoir plus…

Photo panoramique du 206, rue Principale
Photo : James Laflamme

* Cet édifice n’est pas une propriété municipale

Coordonnées, heures d’ouverture et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

À la séance du 5 décembre 2016, le conseil municipal a autorisé le renouvèlement du bail de location du rez-de-chaussée de l’immeuble logeant le personnel du Service des finances depuis février 2009, et ce, pour une période supplémentaire de deux ans, jusqu’au 28 février 2019.

Photo panoramique de l'aréna Jean-Rougeau
Photo : James Laflamme

Coordonnées, heures d’ouverture et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

Plaque commémorative • Hommage à Jean Rougeau

Cet édifice fut dédicacé officiellement le 4 décembre 1983 en hommage à Jean Rougeau qui, par son implication dans des activités sportives, en particulier lorsqu’il assuma avec honneur et dynamisme la présidence du principal circuit de hockey junior au Québec, a insisté sur la nécessité de discipline et de sécurité pour les jeunes dans la pratique de leur sport.

 

 

Plaque commémorative • Hommage à Georges Robertson

Le 11 mai 2012, le conseil municipal honorait Georges Robertson, officiel sur la glace de 1967 à 2012, en lui dédiant la chambre des arbitres afin de souligner sa ténacité et son engagement sportif et communautaire de même que sa contribution exceptionnelle à l’application et au respect de la règlementation du hockey.

Photo panoramique de la bibliothèque Roland-LeBlanc
Photo : James Laflamme

Coordonnées, heures d’ouverture et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

Un peu d’histoire

L’Association des citoyens de Saint-Basile-le-Grand, constituée en 1964, est l’instigatrice du projet de mise sur pied d’une bibliothèque municipale pour lequel une demande de subvention publique est présentée en 1969 au nom de la communauté qui compte alors près de 3 500 Grandbasiloises et Grandbasilois.

Dans le cadre du Programme des initiatives locales du ministère de la Main-d’œuvre et de l’Immigration du Canada, la somme de 58 000 $ est octroyée pour l’aménagement d’un local, la sollicitation pour le don de documents, le catalogage et la reliure des livres. En vertu d’une entente avec la Municipalité et d’une résolution adoptée par les membres de l’Association, il est convenu que la bibliothèque soit remise officiellement à la Ville dès le parachèvement des travaux.

Le 1er mai 1972, le maire Roland LeBlanc officialise, par le règlement municipal n66, l’établissement de la première bibliothèque publique à Saint-Basile-le-Grand, laquelle ouvre ses portes le 29 juin 1972 ; la première responsable municipale entrera en fonction le 5 octobre de la même année.

Destinée aux adultes et accessible un soir par semaine pour une période de deux heures, cette bibliothèque est inaugurée officiellement le 21 janvier 1973 au 54, montée Robert, dans un local de 750 pieds carrés.

En 1975, la bibliothèque obtient une première subvention de 4 500 $ du ministère des Affaires culturelles pour l’acquisition d’une collection de livres jeunesse.

Une augmentation du nombre d’usagers a justifié son déménagement en 1977 (25, avenue des Ormes – aujourd’hui le 39, rue Savaria) puis en 1980 (22, rue Savaria). En 1993, la Ville obtient une subvention pour la construction d’un édifice distinct d’une superficie de 8 000 pieds carrés, érigé au 40, rue Savaria, lequel est inauguré officiellement le 3 octobre. Dans les années 1990, la bibliothèque se classe 3e au Québec pour le nombre de prêts par résidant.

Le 22 avril 2001, la Municipalité procède à la dédicace de la bibliothèque en hommage au magistrat qui a appuyé la démarche de l’Association des citoyens de Saint-Basile-le-Grand, monsieur Roland LeBlanc, maire de 1965 à 1980. En 2008, la salle Antonio-Gagnon, consacrée à la généalogie, est inaugurée.

Aujourd’hui, la bibliothèque municipale offre à ses abonnés une foule de services et une collection impressionnante comprenant des documents multimédias, des ouvrages de référence en généalogie ainsi que plusieurs ressources électroniques. Toujours près du public et en constante évolution, elle ouvre ses portes à tous les amoureux de la culture, avides de découvertes.

En savoir plus sur l’histoire de la bibliothèque…

  1972 à 1976    |      1977 à 1979   |        1980 à 1992 |      1993 à 2013

Plaques commémoratives

Plaque commémorative • Hommage à Roland-LeBlanc

  Dédicace de la bibliothèque Roland-LeBlanc

Plaque commémorative • Hommage à Antonio Gagnon

  Dédicace de la salle Antonio-Gagnon

Photo panoramique de la caserne de pompiers
Photo : James Laflamme

Coordonnées, heures d’ouverture et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

Construit en 1968 en tant que garage municipal, cet édifice a abrité plusieurs services municipaux au fil des ans dont les travaux publics, la police et la sécurité incendie.

Photo panoramique du centre civique Bernard-Gagnon
Photo : France Leduc

Coordonnées, heures d’ouverture et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

Le 18 avril 2005, les travaux de réfection et d’agrandissement de l’aréna Jean-Rougeau sont entamés afin de rénover le bâtiment existant et de créer une annexe pouvant accueillir des locaux polyvalents et communautaires.

Le 1er mai 2006, la première séance du conseil municipal est tenue dans le nouvel édifice que l’on désigne dès lors « centre civique » pour rappeler le rôle du citoyen dans la vie politique. Le centre civique Bernard-Gagnon est dédicacé officiellement le 4 juin 2006 en hommage à celui qui, à l’époque, venait de terminer un cinquième mandat consécutif en tant que premier magistrat de la Municipalité.

Plaque commémorative

Plaque commémorative • Hommage à Bernard Gagnon

  Dédicace du centre civique Bernard-Gagnon

Photo panoramique du centre communautaire Lise-B-Boisvert
Photo : James Laflamme

Coordonnées, heures d’ouverture et occupants
Consulter la fiche de l’édifice

Le 20 novembre 1998, le centre communautaire nouvellement construit en annexe à l’école de la Mosaïque est dédicacé en l’honneur de la fondatrice du Centre de bénévolat, Lise Blanchard Boisvert.

Plaque commémorative

Plaque commémorative • Hommage à Lise B. Boisvert

  Dédicace du centre communautaire Lise-B.-Boisvert

Photo panoramique de l'édifice Léon-Taillon (garage municipal)
Photo : James Laflamme

Coordonnées, heures d’ouverture et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

Le garage municipal a été aménagé successivement au 25, avenue des Ormes (1968), au 140, boulevard Sir-Wilfrid-Laurier (1985) puis, en 1989, à son emplacement actuel, dans un édifice nouvellement construit au 200, rue Bella-Vista.

Le 27 juin 1993, l’édifice est officiellement dédicacé en l’honneur de Léon Taillon, premier employé municipal embauché en 1955.

Plaque commémorative

Plaque commémorative • Hommage à Léon Taillon

  Dédicace de l’édifice Léon-Taillon

Photo panoramique de la mairie
Photo : James Laflamme

Coordonnées, heures d’ouverture et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

Un peu d’histoire

À la fin du 19e siècle, 110 élèves sont répartis dans trois arrondissements scolaires administrés par la Commission scolaire de Saint-Basile-le-Grand. Le 3 janvier 1895, l’inspecteur qui a la responsabilité d’évaluer les écoles soumet un rapport au surintendant du département de l’Instruction publique recommandant de reconstruire, pour le 1er septembre, l’école du village devenue trop froide pour passer un autre hiver.  Le surintendant entérine cette recommandation et fait connaitre son désir de voir l’école déplacée plus au centre du village.  Le bâtiment (situé entre les 224 et 226, rue Principale) est malheureusement incendié le 12 décembre 1933 sous le regard impuissant des résidants du voisinage.

Photo de la mairie en 1934 (noir et blanc)

Les commissaires font alors appel à la Congrégation des Sœurs de Saint-Joseph (la vocation de cette communauté étant de former du personnel enseignant pour les écoles de campagne) qui propose des plans et devis qu’elle fait préparer pour ses besoins.  Comme le terrain doit être plus grand, l’école est ramenée au cœur du village.  La Fabrique se déclare prête à louer un terrain situé en face de l’église pour 60 ans au cout de 1 $ par année.  Comme ce site se trouve à proximité d’un hôtel et d’une écurie, un officier sanitaire est envoyé préalablement pour inspecter les lieux. Les enfants s’installent finalement, le 14 novembre 1934, dans les locaux de leur nouvelle école surnommée « le couvent » au 204, rue Principale.

Le dimanche matin, après la grand-messe, les assemblées publiques, qui se tenaient de 1923 à 1928 chez Léopold Bouchard (le feu de la beurrerie emportera une partie des archives) puis chez le marchand général Georges Aimé Roméo Lambert de 1928 à 1934, ont lieu dans la nouvelle école.

La croissance démographique entraine la construction des écoles Saint-Basile en 1954 (les assemblées publiques s’y déplaceront) et Jacques-Rocheleau en 1962. Après avoir loué pendant 20 ans le rez-de-chaussée du « couvent », la corporation municipale y transfère en 1965 ses archives et ses bureaux dans l’édifice devenu la mairie, dont elle fera officiellement l’acquisition le 26 février de l’année suivante.

Sources : archives municipales, Regards sur ma ville (1993) et Album-souvenir des fêtes du 125e anniversaire de Saint-Basile-le-Grand (1997)

Dépôt de documents

206, rue Principale    |    Aréna Jean-Rougeau    |    Bibliothèque Roland-LeBlanc    |    Centre communautaire Lise-B.-Boisvert    |    Mairie

Pendant ou en dehors des heures d’ouverture des édifices des services municipaux, vous pouvez déposer en toute sécurité des documents (sauf les inscriptions aux loisirs sportifs, récréatifs et culturels et les soumissions**) dans les boites extérieures prévues à cet effet; la levée du courrier se fait tous les jours ouvrables, en matinée.

** Les soumissions doivent être postées ou remises au Service du greffe durant les heures d’ouverture de la mairie, et ce, en respectant le délai indiqué à l’appel d’offres.

Édifices communautaires

Outre les édifices logeant les services municipaux, la Municipalité offre à certains partenaires du milieu un espace à même ses locaux afin de conduire leurs activités.

  Les édifices Jeannine-Trudeau-Brosseau et Léopold-Bouchard sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Photo panoramique du chalet Denis-Germain (maison des jeunes La Butte)
Photo : James Laflamme

Coordonnées et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

Cet édifice construit sur le terrain du parc des Trinitaires est inauguré officiellement le 7 juin 2000 et dédicacé le même jour en l’honneur de celui qui fut élu conseiller municipal de 1976 à 1981, un Grandbasilois particulièrement impliqué dans la vie communautaire et sociale de Saint-Basile-le-Grand.

Le 6 novembre 2000, le Café jeunesse La Butte (devenu la Maison des jeunes La Butte en 2004) est accrédité en tant qu’organisme reconnu au plan directeur du Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire et se voit autorisation d’utiliser les locaux de cet édifice pour conduire ses activités.

Plaque commémorative

Plaque commémorative • Hommage à Denis Germain

 Dédicace du chalet Denis-Germain

Photo panoramique de l'édifice Jeannine-Trudeau-Brosseau
Photo : James Laflamme

Coordonnées et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

Cet édifice à vocation communautaire est construit en 1978 et dédié d’abord uniquement aux activités du Club de la Gerbe dorée puis, quelques années plus tard, les locaux sont partagés avec le Cercle de fermières.

Le bâtiment est dédicacé officiellement le 24 aout 2013 en l’honneur d’une Grandbasiloise bénévole qui en a assuré la présidence durant 15 ans.

À la séance du 3 avril 2017, le conseil municipal a reconduit les baux de location avec les partenaires du milieu qui occupent les lieux, et ce, jusqu’en 2022.

Plaque commémorative

Plaque commémorative • Hommage à Jeannine Trudeau Brosseau

  Dédicace de l’édifice Jeannine-Trudeau-Brosseau

Photo panoramique de l'édifice Léopold-Bouchard
Photo : James Laflamme

Coordonnées, heures d’ouverture et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

Un peu d’histoire

À la fin du XIXe siècle, une fromagerie et une beurrerie occupent ce lieu, tour à tour propriété de Joseph Rocheleau et de Joseph Norbert Laporte, de la Société de beurrerie et de fromagerie de Saint-Basile-le-Grand, de Malo Lapalme, de Léopold Bouchard et puis de son fils, Jean. Ce dernier cède l’emplacement le 12 octobre 1982 à la Municipalité qui offre la maison Léopold-Bouchard en location au Centre de bénévolat.

Le 5 mai 2007, cette maison est la proie des flammes après avoir abrité le centre pendant 24 ans. La Ville procède à la reconstruction d’un édifice municipal en aout 2008, bâtiment livré officiellement le 5 mars 2009 qui reçoit à nouveau les installations du Centre de bénévolat.

À la séance du 3 avril 2017, le conseil municipal a autorisé la reconduction du bail avec ce partenaire du milieu pour la période du 1er avril 2017 au 31  mars 2022.

Plaque commémorative

Plaque commémorative • Hommage à Léopold Bouchard

 Dédicace de l’édifice Léopold-Bouchard

Photo panoramique de la maison scoute Le Castor dévoué
Photo : James Laflamme

Coordonnées et occupants
Consultez la fiche de l’édifice

Cet édifice à vocation communautaire a été construit en 1984.

Plaque commémorative

Plaque commémorative du mouvement scout
Hommage aux bâtisseurs • 50e anniversaire du Mouvement scout (2007)

 

Équipements de secours

Dans le but d’optimiser la sécurité des individus dans les édifices municipaux et en tenant compte de l’achalandage, la Ville rend disponible du matériel et des équipements de secourisme aux endroits les plus achalandés afin de pouvoir porter assistance le plus rapidement possible à toute personne subissant un malaise.

Consultez les fiches des édifices municipaux de la carte interactive pour connaitre le matériel ou les équipements disponibles.

Le personnel municipal affecté à la surveillance des locaux reçoit la formation pour reconnaitre les signes d’un malaise cardiovasculaire, appliquer les manœuvres de premiers soins et utiliser les divers équipements de secours. Cette formation peut également être offerte aux résidants qui en font la demande.

Une procédure générale d’utilisation de ces équipements de secours est affichée sur les lieux afin que toute personne habile et responsable puisse porter secours, voire même sauver une vie.

Auto-injecteur d’épinéphrine

Une réaction allergique grave peut être imprévisible et n’est pas toujours précédée de signes prédictifs. Cependant, dans un cas pareil, le fait d’hésiter à utiliser l’épinéphrine ou de ne pas l’utiliser du tout peut mener à une situation potentiellement fatale.

L’épinéphrine est un médicament qui peut aider à diminuer la réaction allergique de l’organisme de différentes façons :

  • il relaxe les muscles des voies aériennes afin de faciliter la respiration;
  • il aide à contrer la diminution rapide et dangereuse de la pression artérielle;
  • il relaxe les muscles de l’estomac, des intestins et de la vessie.

  Apprenez comment utiliser l’auto-injecteur EpipenMD

Défibrillateur externe automatisé

Par l’envoi de chocs électriques permettant au cœur de reprendre un rythme normal, le défibrillateur externe peut augmenter les chances de survie d’une personne victime d’un arrêt cardiaque soudain. Les appareils automatisés sont spécialement conçus pour guider l’utilisateur à chacune des étapes.

  Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire