Photo : Pierre Cyr

Plan de conservation du ruisseau Massé

Un corridor pour la biodiversité en Montérégie

Le ruisseau Massé est le principal tributaire de la rivière L’Acadie qui se déverse dans la rivière Richelieu, lui apportant le quart de la charge en eau. Ses nombreuses branches et ruisseaux sillonnent cinq municipalités : Longueuil, Boucherville, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Basile-le-Grand et Carignan.

Le ruisseau Massé et ses affluents s’étendent sur 58 kilomètres et traversent plusieurs zones agricoles et urbaines mais également des marais, des tourbières et quelques peuplements forestiers hébergeant des marécages. Il se situe au cœur d’une zone où l’on retrouve des terres agricoles, des développements résidentiels, des industries et quelques milieux naturels.

Le bassin versant

Le bassin versant couvre une superficie d’environ 100 km2 et comprend plusieurs branches et ruisseaux qui parcourent plusieurs municipalités, dont Saint-Basile-le-Grand, en plus du parc national du mont Saint-Bruno. Le ruisseau Massé sillonne ce bassin versant majoritairement de tenure privée, largement agricole et urbain; il prend sa source, entre autres, dans le boisé Du Tremblay à Boucherville, un des derniers grands milieux naturels en Montérégie.

Près de 400 espèces animales et plus de 250 espèces de végétaux se retrouvent dans les cours d’eau, les milieux terrestres avoisinant ou la zone de transition que représente la bande riveraine. Parmi l’ensemble des espèces recensées, environ 11 %, soit 42 espèces, possèdent un statut de conservation au Québec ou au Canada.

  Consultez la carte du bassin versant

Enjeux

La valeur de la biodiversité du ruisseau Massé est immense; les menaces et pressions sont aussi diversifiées que les territoires qu’il traverse : les rejets industriels, les surverses des réseaux d’égout, la détérioration et l’érosion des bandes riveraines en milieu agricole. Le territoire est menacé principalement par l’étalement urbain (qui cause la destruction de milieux naturels et une source directe et indirecte de pollution) et les activités agricoles qui fragmentent les milieux naturels, fragilisant et isolant les populations fauniques et floristiques (Gonzalez et al. 1998).

Il est impératif que les municipalités concernées réussissent à élaborer et à mettre en œuvre une planification d’aménagement du territoire permettant une cohabitation harmonieuse entre cette population grandissante et les milieux naturels restants.

Constats

En 2013, le COVABAR a réalisé un document détaillé sur l’état des bandes riveraines du secteur Massé, le bassin versant de la rivière L’Acadie. Sur le territoire grandbasilois, le ruisseau Massé est le plus encombré de débris et la petite décharge des Trente possède également un nombre élevé d’obstacles. Les ponceaux inadéquats posent un problème non négligeable en ce qui concerne l’écoulement de l’eau et les évènements d’érosion pouvant en découler.

Démarche de concertation

Ce rapport facilite la concertation entre les acteurs du bassin versant dont les municipalités traversées par le ruisseau Massé, à savoir Boucherville, Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville, Carignan et Saint-Basile-le-Grand, ainsi que les divers autres partenaires dont le COVABAR, la Vigile Verte, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs en Montérégie, Nature-Action Québec (NAQ) et le Conseil régional de l’environnement de la Montérégie (CREM). Tous ces acteurs sont impliqués dans la préservation de la faune et de l’eau pour élaborer et mettre en œuvre un plan efficace et réaliste de conservation du ruisseau Massé en fonction de trois secteurs d’intervention ciblés : le secteur urbain, le secteur agricole et le secteur de la communication générale.

Les actions proposées sont détaillées par secteur d’intervention en fonction de quatre objectifs :

  • l’amélioration de la qualité et de l’écoulement de l’eau;
  • la protection des écosystèmes et de la biodiversité;
  • l’amélioration des bandes riveraines;
  • la rétention de l’eau.

Pour en savoir plus, consultez les ressources d’intérêt, les partenaires et les actions envisagées du plan de conservation.

Source : Réalisation de l’organisme Ciel et Terre dans le cadre de son projet sur le ruisseau Massé réalisé avec l’appui financier du ministère de l’Environnement et Changement climatique Canada et de la Fondation de la faune du Québec.

  Service de l’urbanisme et de l’environnement