Agrile du frêne

L’agrile du frêne est un coléoptère qui a été introduit en Amérique du Nord depuis l’est de l’Asie par le biais de matériaux d’emballage en bois au début des années 1990, mais n’a été dépisté que lorsque sa population est devenue suffisamment importante pour causer des dommages. Il ne pose aucun risque pour la santé humaine, mais il s’agit d’un insecte extrêmement destructeur qui a causé la mort de plusieurs frênes et qui représente une grave menace pour l’économie et l’environnement dans les régions urbaines et boisées du Canada et des États-Unis.

Depuis 2009, un arrêté ministériel règlemente les lieux infestés par l’agrile du frêne, dont Saint-Basile-le-Grand, en vue de contrôler les zones affectées par ce ravageur.

Des mesures fédérales interdisent à toute personne de déplacer ou de faire déplacer le bois de chauffage de toutes les espèces d’arbres ainsi que les arbres, le matériel de pépinière, les billes, le bois d’œuvre, les emballages en bois ou le bois de calage, le bois ou l’écorce et les copeaux de bois ou d’écorce provenant du frêne, à moins d’y avoir été autorisée préalablement par écrit par un inspecteur de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), aux termes d’un certificat de circulation.

Comment savoir si un arbre est infesté

Photo d'un arbre infecté par l'agrile du frêneLes signes d’infestation par l’agrile du frêne se manifestent normalement lorsque l’arbre est gravement infesté. Ils peuvent inclure la diminution de la couleur verte dans les feuilles au sommet (chlorose) ainsi que le dégarnissement et le dépérissement de la cime. Au fur et à mesure que l’infestation continue, des pousses peuvent se développer sur les racines, le tronc ou les branches, dans le but de trouver de nouvelles façons de transporter les éléments nutritifs; la cime continue de dépérir et l’arbre finit par mourir.

Implication municipale

En 2013, la Ville a participé à une enquête de l’ACIA  afin de collecter des spécimens qui ont été étudiés en laboratoire. Cette enquête a confirmé que l’agrile du frêne était présent dans plusieurs endroits situés en dehors de la zone règlementée prévue initialement. Pour empêcher la progression de l’insecte, les Municipalités régionales de comté (MRC) de Rouville et de La Vallée-du-Richelieu ont été incluses dans la nouvelle carte des zones règlementées.

L’année suivante, un programme quinquennal de traitement et de remplacement des arbres affectés a été élaboré, permettant d’inventorier près de 200 frênes dans les parcs et terrains municipaux, lesquels représentent moins de 14 % de l’ensemble des arbres (d’autres frênes non répertoriés se trouvent sur des propriétés privées). En fonction des sommes consenties aux budgets annuels, le personnel en horticulture procède de façon graduelle au traitement de certains frênes avec des pesticides naturels et, pour d’autres, à l’abattage et au remplacement.

Implication régionale

En 2014, un forum organisé par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) sous le thème Ralentir l’agrile du frêne : un effort métropolitain a permis de dresser un état de la situation et d’identifier les principaux défis qui attendent les municipalités. Pour rendre plus efficace la lutte contre cet insecte ravageur, ralentir sa progression et gérer les impacts de l’infestation, la CMM s’est dotée de la Stratégie métropolitaine de lutte contre l’agrile du frêne.

Une vidéo d’une durée d’environ 10 minutes peut être visionnée afin d’en savoir plus sur la problématique et les moyens mis en place pour contenir l’épidémie.

Faites votre part!

Aidez à freiner la propagation de l’agrile du frêne en respectant les consignes qui interdisent le déplacement du bois ou des produits du bois en dehors des zones règlementées; vous contribuerez ainsi à protéger l’environnement et les ressources forestières. Toute personne qui ne respecte pas ces restrictions peut se voir imposer une amende ou faire l’objet de poursuites judiciaires par l’ACIA.

  Services techniques (génie et travaux publics)