Du radon dans votre maison?

Le radon est un gaz radioactif incolore, inodore et sans gout qui provient de la désintégration naturelle de l’uranium présent dans le sol, les roches et l’eau. Libéré dans l’atmosphère, ce gaz n’est pas dangereux vu sa faible concentration; c’est plutôt son accumulation dans les milieux fermés, suivie d’une décomposition en particules radioactives additionnelles, qui peut contaminer l’air et devenir dangereuse.

L’Association pulmonaire du Québec rappelle que ce gaz est la 2e plus importante cause du cancer pulmonaire.

Lorsque la pression atmosphérique à l’intérieur d’une maison est inférieure à celle du sol, les gaz souterrains sont aspirés par les différentes ouvertures en contact avec les fondations. En s’accumulant dans un espace clos, le radon peut atteindre des concentrations élevées susceptibles de poser un risque pour la santé; si ces particules parviennent aux poumons, le risque de contracter le cancer augmente.

La concentration de radon dans une maison dépend d’une multitude de facteurs tels que les caractéristiques du sol, le type de construction, l’état des fondations, la ventilation et les conditions météorologiques. Puisqu’il est difficile d’en prévoir la teneur, la seule façon est de la mesurer à l’aide d’un dosimètre.  L’automne et l’hiver sont les saisons les plus propices à une prise de mesure qui doit s’étendre sur une période de trois mois.

Il est possible de se procurer un dosimètre auprès de l’Association pulmonaire du Québec ainsi que dans les magasins offrant des matériaux de construction, des articles de quincaillerie ou des produits sanitaires; vérifiez que l’appareil soit certifié NEHA-NRPP ou NRSB.

Inspection des habitations à loyer modique (HLM)

Des opérations de détection du radon dans l’ensemble des habitations à loyer modique (HLM) seront effectuées jusqu’en décembre 2018 et cette initiative de la Société d’habitation du Québec (SHQ) est saluée partout au pays.

En 2014, un projet pilote a été amorcé en Gaspésie et aux fins de l’enquête, les taux de radon excédaient la ligne directrice de Santé Canada dans 61 des 380 logements évalués.

Consciente des risques pour la santé que présente une exposition au radon et à la suite de ces résultats, la SHQ a demandé, en octobre 2016, à tous les centres de services, de toutes les régions du Québec, de procéder à des mesures du taux de radon dans les immeubles d’habitation à loyer modique situés sur leur territoire.

Seuls les logements situés au niveau le plus bas des immeubles sont visés, car le radon s’accumule plus facilement dans les pièces situées près du sol. La concentration de radon dans l’air intérieur dépend de nombreux facteurs : la concentration d’uranium et de radon dans le sol, le climat, la ventilation des lieux, l’étanchéité ou l’isolation de la maison. Des mesures d’atténuation seront par la suite mises en œuvre.

Renseignements supplémentaires

Santé Canada
  Du radon dans votre maison?
  Le radon – Guide à l’usage des propriétaires canadiens

  Service de l’urbanisme et de l’environnement