Chauffage au bois

Au Québec, le chauffage au bois résidentiel est responsable de la moitié des émissions de particules fines provenant des activités humaines et, tout comme pour les feux en plein air, la fumée de combustion peut causer des désagréments pour la qualité de l’air intérieur autant qu’extérieur ainsi qu’entrainer des problèmes de santé pour les enfants, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires ou respiratoires.

La fumée de bois est composée de plus de 100 substances toxiques différentes qui peuvent pénétrer profondément dans les poumons. En effet, les fumées qui s’en dégagent ne sont pas aussi inoffensives qu’on voudrait le croire et selon Environnement et Changement climatique Canada, un poêle à bois non certifié émet autant de particules fines dans l’atmosphère en 9 heures qu’un poêle certifié fonctionnant 60 heures ou une automobile de type intermédiaire parcourant 18 000 km.

Les concentrations de contaminants dans l’air ambiant peuvent atteindre des niveaux élevés dans certains quartiers, particulièrement entre les mois de décembre et avril. Le programme Info-Smog peut renseigner sur les conditions de dispersion atmosphérique.

Si vous songez vous procurer un poêle ou un foyer :

  • Assurez-vous que l’appareil correspond aux besoins réels, à savoir que sa taille est adaptée aux besoins en chauffage de la résidence.
  • S’il s’agit d’un foyer, pensez privilégier l’électricité qui n’émet aucun contaminant.
  • Achetez un appareil certifié qui respecte le Règlement sur les appareils de chauffage au bois qui peut émettre jusqu’à 10 fois moins de particules fines et trois fois moins d’autres contaminants, dont la fiche technique indique le plus faible taux d’émission de particules. Les appareils à combustion évoluée réunissent des conditions propices à la combustion de la fumée avant son départ de l’appareil.
  • Assurez-vous d’une installation adéquate, sécuritaire et favorisant le bon fonctionnement de l’appareil.
  • Nettoyez régulièrement la cheminée pour une combustion optimale et minimiser ainsi les risques d’incendie; une couche de suie de 1,5 mm d’épaisseur sur les parois de la cheminée équivaut à 6 % de surconsommation.
  • Protégez-vous ainsi que votre famille en installant des avertisseurs de fumée et de monoxyde de carbone.

Si vous chauffez au bois, ne brulez pas de déchets domestiques tels les plastiques, le bois traité ou peinturé afin de réduire l’émission de contaminants très nocifs comme les dioxines et les furannes. Pour diminuer la production de créosote et réduire la quantité de contaminants, utilisez un bois dur (le chêne, l’érable ou le bouleau) qui a séché au moins six mois. Pour obtenir une combustion complète, trois conditions simultanées doivent être présentes : une température élevée et suffisamment d’oxygène et de temps pour que les gaz de combustion brûlent avant leur refroidissement. Consultez les conseils en sécurité et prévention incendie liés à l’utilisation d’appareils de chauffage au bois.

Vous souhaitez en savoir plus?

Consultez la documentation disponible sur le site Web de Santé et Services sociaux Montérégie ou sur celui du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Informez-vous également à propos du programme pour le remplacement des appareils de chauffage au bois Chauffez vert.

  Service de l’urbanisme et de l’environnement