Avertisseurs de fumée et de monoxyde de carbone

Des avertisseurs qui fonctionnent en tout temps peuvent sauver des vies!

Profitez des changements d’heure, en mars et en novembre, pour vérifier le fonctionnement de vos avertisseurs, qu’ils soient à piles ou électriques.

Le texte suivant constitue une version simplifiée de règlements municipaux et ne remplace pas les documents officiels.


Les avertisseurs doivent être conformes aux normes de certification du Conseil canadien des normes, comme certifié par le sceau d’homologation de l’organisme Laboratoires des Assureurs du Canada (ULC) ou le Groupe CSA, être installés selon les recommandations du manufacturier et ne pas être couverts de peinture ou endommagés.

Avertisseurs de fumée

  • Le propriétaire du bâtiment doit installer et prendre les mesures pour assurer le bon fonctionnement des avertisseurs de fumée.
  • Des avertisseurs de fumée doivent être installés au plafond ou à proximité dans chaque logement et dans chaque pièce où l’on dort ne faisant pas partie d’un logement.
  • Dans les logements comportant plus d’un étage, au moins un avertisseur de fumée doit être installé à chaque niveau de plancher, incluant la mezzanine.
  • Le locataire doit prendre les mesures pour assurer le bon fonctionnement des avertisseurs de fumée situés à l’intérieur du logement ou de la chambre qu’il occupe, effectuer le changement de pile et aviser le propriétaire sans délai si l’avertisseur est défectueux.
  • Dans tous les bâtiments résidentiels construits depuis 1993, les avertisseurs de fumée doivent obligatoirement être électriques et non à piles.
  • Les avertisseurs de fumée doivent être remplacés s’ils ont été peinturés ou endommagés, ou 10 ans après la date de fabrication indiquée sur le boitier; en l’absence de celle-ci, ne prenez aucun risque, remplacez-le.

Pour vérifier un avertisseur de fumée, il suffit d’appuyer sur le bouton d’essai quelques secondes, jusqu’à ce que le signal se fasse entendre. Si l’avertisseur émet des signaux sonores intermittents, c’est que la pile est trop faible et qu’elle doit être changée (n’installez jamais de pile rechargeable).

Testez aussi sa capacité à détecter la fumée en éteignant, par exemple, une chandelle près de l’avertisseur. Si l’appareil est relié à un central, contactez votre fournisseur de services pour vous assurer que le signal a bien été reçu.

Pour en savoir plus, consultez le site Web du ministère de la Sécurité publique.

Avertisseurs de monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone (CO) est un tueur silencieux. Incolore, sans odeur et sans gout, il peut envahir votre demeure sans prévenir. Produit lors d’une combustion incomplète d’un combustible ou d’un carburant, il peut s’accumuler dans les maisons mal ventilées ou dont les conduits d’évacuation ou les cheminées d’appareils de chauffage sont encrassés et obstrués. Même en faible quantité, ce gaz peut causer des maux de tête, des nausées, des étourdissements, une respiration irrégulière, de la somnolence et de la confusion.

En vertu du Code de sécurité du Québec (Loi sur le bâtiment) et du Code national de prévention des incendies s’appliquant à l’ensemble du territoire grandbasilois (sauf pour certains articles), un avertisseur de CO doit être installé dans un logement, une habitation destinée à des personnes âgées ou une résidence supervisée s’il contient un appareil à combustion ou a un accès direct à un garage de stationnement intérieur.

Si l’alarme retentit, quittez la maison immédiatement. Contactez le 911 à partir d’un autre emplacement et demandez au personnel en intervention du Service de sécurité incendie d’inspecter votre résidence en vue de détecter la présence éventuelle de CO.

Pour en savoir plus, consultez le site Web du ministère de la Sécurité publique.

  Régie intermunicipale de sécurité incendie de la Vallée-du-Richelieu (RISIVR)