Sécurité nautique

Comme les cours d’eau sont de juridiction fédérale, Transports Canada a mandaté son Bureau de la sécurité nautique (BSN) afin de veiller à établir des règlements et des normes qui s’appliquent aux embarcations de plaisance au Canada. Cet organisme fournit de l’information essentielle pour les utilisateurs et les fabricants d’embarcations en vue de réduire les risques sécuritaires et les impacts environnementaux de la navigation de plaisance sur les eaux canadiennes.

Formation et permis

Toute personne qui conduit une embarcation motorisée a besoin d’une preuve de compétence qui prouve qu’elle comprend les règles de la navigation et qu’elle sait conduire son embarcation en toute sécurité. La preuve de compétence la plus connue est la carte de conducteur d’embarcation de plaisance, laquelle peut être obtenue après avoir réussi un examen de sécurité nautique agréé ; des cours sont offerts par des prestataires officiellement reconnus par Transports Canada.

Quelques règles de sécurité à observer

Source : Association Maritime du Québec

  • Porter son vêtement de flottaison individuel ou son gilet de sauvetage.
  • Ne pas consommer d’alcool en conduisant. La fatigue, le soleil, le vent et les mouvements de l’embarcation engourdissent les sens. L’alcool intensifie ces effets, en réduisant la motricité fine (par exemple, la coordination œil-main) et en affectant le jugement.
  • Suivre un cours de navigation. S’aventurer sur l’eau sans formation équivaut à conduire une auto, une moto ou un camion sans avoir suivi un cours de conduite. Sur l’eau, de nombreux facteurs peuvent affecter la conduite (vents, marées, courants). La formation prépare adéquatement et aide à bien réagir en fonction de ces facteurs.
  • S’assurer d’être prêt. Une bonne préparation inclut, entre autres, d’inspecter son embarcation, de surveiller les conditions météo, de faire un plan de navigation et le diffuser et de s’assurer d’avoir tous les équipements de sécurité à bord de son embarcation.
  • Ne pas sous-estimer l’effet de l’immersion en eau froide. Tomber dans une eau dont la température est inférieure à 15° peut paralyser les muscles instantanément. Les premières minutes, qui correspondent au choc hypothermique, sont les plus critiques. Si l’on survit à cette première phase, l’épuisement à la nage et l’hypothermie sont les prochains dangers qui guettent le plaisancier.

Pour trouver d’autres renseignements utiles à votre sécurité sur l’eau ainsi qu’à celle des autres plaisanciers, visitez le site Web du Bureau de la sécurité nautique.

Surveillance de la rivière Richelieu

Niveau de l’eau

Lors de périodes de grandes chaleurs ou de pluies abondantes, pour obtenir l’information concernant les niveaux d’eau qui peuvent causer des incidents, composez le 1 877 775-0790 ou visitez le site Web de Pêches et Océans Canada, région du Québec, au www.marees.gc.ca.

Patrouille

La Régie de police Richelieu–Saint-Laurent assure la surveillance sur la rivière Richelieu. En savoir plus…

La Municipalité soutient également la Garde côtière auxiliaire canadienne (Québec) qui effectue certaines inspections de courtoisie, offre aux plaisanciers des conseils de prévention et effectue également des opérations de sauvetage.