Plan d’action visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre

En 2010, grâce à une subvention du programme Climat municipalités, la Municipalité a mandaté l’équipe d’experts d’Enviro-accès, l’un des trois Centres canadiens pour l’avancement des technologies environnementales (CECATE), afin de réaliser l’inventaire de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) et de dresser un plan d’action sur cinq ans, incluant des objectifs précis de réduction.

À la séance ordinaire du 1er octobre 2013, le conseil municipal a ainsi adopté le Plan d’action visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre 2012-2017, lequel devrait permettre à la Ville de réduire globalement de près de 1 % ses émissions de GES par rapport à l’année de référence 2010.

L’inventaire des émissions de GES de la Ville, établi selon les directives du Programme Climat municipalités, représente un portrait des principales sources d’émissions de GES de la Ville et de ses citoyens pour la période comprise entre le 1er janvier et le 31 décembre 2010. L’année 2010 représente donc l’année de référence pour les inventaires futurs.

Les émissions ont été divisées en deux secteurs. Le secteur corporatif inclut les catégories suivantes : bâtiments et autres installations, équipements motorisés et traitement des eaux; le secteur collectivité comprend la gestion des matières résiduelles et le transport.

À ce jour, quelques actions ont été accomplies, telles que la diminution de la fréquence des collectes de matières résiduelles, la sensibilisation de la population à l’herbicyclage, l’adoption du règlement no 1060 modifiant la section sur l’allumage de feux en plein air, la mise en place d’un programme d’entretien préventif des véhicules bonifiés visant l’économie d’énergie, ainsi que l’évaluation et l’installation de technologie visant à réduire la marche au ralenti sur les véhicules avec arrêt fréquent.

Parmi les actions qui sont déjà en cours mais dont l’accomplissement est prévu à court terme, nous comptons :

  • la sensibilisation des employés et de la population à la gestion de l’énergie et à l’économie de carburant (écoconduite);
  • l’évaluation de l’utilisation de biocarburants pour les véhicules;
  • l’ajout de critères d’économies de carburants aux appels d’offres;
  • la formation en milieu scolaire et aux camps de jour au principe des 3RV-E;
  • la promotion de la mise au rencart de vieux véhicules;
  • la mise en place d’une règlementation pour une gestion responsable de l’eau potable;
  • l’utilisation d’eau de pluie récupérée pour les travaux municipaux ne nécessitant pas d’eau potable;
  • l’évaluation de la mise en place d’un système de subvention pour l’achat d’équipement économiseurs d’eau potable.

À long terme, c’est-à dire au-delà de l’année 2017, la Ville prévoit aussi la mise en place de mécanismes nécessaires à la valorisation des boues d’épuration.

Afin d’assurer une bonne exécution de l’implantation des actions, la réduction des émissions de GES doit s’inscrire dans un plan stratégique de développement durable global au sein de la Ville. C’est pourquoi le conseil municipal a également adopté, à la séance du 1er octobre 2013, un Plan d’action en développement durable, appuyant ainsi sa politique établie en février 2012.