Conseil municipal

Sur la photo, de gauche à droite : Denis Vézina (district 3), Olivier Cameron-Chevrier (district 6), Laurie-Line Lallemand-Raymond (district 1), Yves Lessard (maire), Kim Méthot (district 4), Martin Leprohon (district 2), Guy Lacroix (district 5).

Le conseil municipal grandbasilois est composé d’un maire et de 6 conseillers, ces derniers représentant le même nombre de districts électoraux. Il gère un budget de près de 27 millions de dollars et chapeaute 7 comités consultatifs ainsi que l’administration regroupant près de 250 salariés réguliers, remplaçants, temporaires et étudiants au sein de 8 services municipaux.

Conseil municipal et districts électoraux

Vous ne connaissez pas votre district? Consultez notre carte interactive pour le découvrir!

Maire pour le mandat 2021-2025 : Yves Lessard

Ce territoire a accueilli le premier projet de développement domiciliaire en 1946. Les résidants de ce quartier ont accès au parc des Trinitaires offrant plusieurs installations récréatives extérieurs. Le centre communautaire Lise-B.-Boisvert, la Maison des jeunes La Butte ainsi que l’école de la Mosaïque se trouvent également dans ce quartier. Ce district occupe une superficie de 0,84 km2 de part et d’autre de la route 116.

Conseillère du district 1 : Laurie-Line Lallemand-Raymond

Le parc de Montpellier, comprenant un bassin de rétention avec fontaines et jeux d’eau, est au cœur de ce quartier familial. Deux autres parcs sont également situés sur ce territoire, le premier aménagé entre les rues des Prés et Borduas et le second à l’intersection de la place Duquet et de la rue Champagne. Les résidants peuvent facilement accéder au parc national du Mont-Saint-Bruno à partir de la halte du rang des Vingt, à proximité de la rue de la Montagne. Ce district occupe une superficie de 0,94 km2.

Conseiller du district 2 : Martin Leprohon

Ce large territoire principalement rural et agricole longe la rivière Richelieu, la montée Robert et s’étend jusqu’à la limite nord-est de la municipalité. Les résidants ont un accès direct à la rivière par le biais du parc Prudent-Robert, qui offre l’un des plus beaux points de vue de la ville. On y retrouve deux principaux quartiers urbains : l’un situé du côté nord de la route 116 où on retrouve notamment les rues Alvares, Parents et des Fromagers et l’autre, à proximité de la montée Robert et du cœur villageois, où est localisée la bibliothèque Roland-LeBlanc. Ce district occupe une superficie de 25,07 km2.

Conseiller du district 3 : Denis Vézina

Ce quartier résidentiel, composé principalement de rues portant des noms d’oiseaux, est adossé à de vastes champs agricoles à l’est et au sud. On y retrouve l’école primaire de la Chanterelle et son parc ainsi que trois autres parcs municipaux offrant aux résidants des modules de jeux pour enfants. La Maison scoute Le castor dévoué ainsi que l’édifice Léon-Taillon, logeant le Service des travaux publics ainsi que le personnel du Service du génie, sont aussi localisés sur la rue Bella-Vista. Ce district occupe une superficie de 1,43 km2.

Conseillère du district 4 : Kim Méthot

Ce quartier se situe dans le cœur villageois de la municipalité et on y dénombre plusieurs résidences faisant partie de l’inventaire du patrimoine bâti de la Municipalité régionale de comté de La Vallée-du-Richelieu (MRCVR). On y retrouve aussi la mairie, l’école Jacques-Rocheleau ainsi que les parcs de la Seigneurie, des Cheminots et Pont-de-Pruche. Ce dernier a complètement été revitalisé en 2018 dans le cadre des travaux de réfection du secteur qui se termineront en 2022. Ce district occupe une superficie de 1,05 km2.

 Conseiller du district 5 : Guy Lacroix

 

Dans cette portion du territoire, les zonages résidentiel, commercial et agricole se côtoient. Le ruisseau Massé traverse ce district. On y retrouve le plus grand parc de la municipalité, le parc du Ruisseau, qui offre de nombreuses infrastructures de loisirs sportifs et récréatifs dont un circuit de vélos tout-terrain, une pente à glisser, une patinoire, des jeux d’eau, un planchodrome, des terrains de balle molle, baseball, soccer, tennis et volleyball. La Ville y a aménagé l’aréna Jean-Rougeau puis y a annexé le centre civique Bernard-Gagnon en 2006. La gare de train d’EXO est située également sur ce territoire, aux abords de la route 116.  Ce district occupe une superficie de 6,47 km2.

Conseiller du district 6 : Olivier Cameron-Chevrier

Rôles et devoirs

Le conseil municipal représente la population et prend des décisions lors de séances publiques, sous forme de résolutions ou de règlements, afin d’orienter le développement de la ville. Chacun des membres du conseil municipal assume les droits et les devoirs dévolus par la Loi sur les cités et villes  et doit exercer sa fonction dans le respect de la loi et du code d’éthique et de déontologie des élus.

L’élu doit viser l’efficacité et une utilisation rationnelle des ressources. En plus de s’assurer que les services offerts dans la Municipalité répondent aux besoins de la communauté, il a trois principaux rôles à jouer :

  • le représentant des citoyens, en se tenant au courant des préoccupations;
  • le législateur, en considérant l’intérêt général de la communauté;
  • l’administrateur, en mettant en œuvre des politiques et règlements et en exerçant un contrôle sur l’exécution des décisions.

Le conseil municipal nomme le directeur général, fonctionnaire principal responsable de l’administration de la Ville, qui doit planifier, organiser, diriger et contrôler l’ensemble des activités. Il doit faire rapport sur tout sujet qu’il juge pertinent pour la saine administration des deniers publics, le progrès de la municipalité et le bienêtre des citoyens. Il assiste aux séances et veille à l’exécution des règlements et des décisions du conseil, notamment à l’emploi des fonds aux fins desquels ils ont été votés.

En cas de force majeure, de nature à mettre en danger la vie ou la santé de la population ou à détériorer sérieusement les équipements municipaux, seul le maire dispose du pouvoir de décider au nom de la Municipalité en décrétant toute dépense ou en octroyant tout contrat qu’il juge nécessaire pour remédier à la situation.

En vertu des dispositions de la Loi, le conseil désigne, pour la période qu’il détermine, un conseiller comme maire suppléant qui possède et exerce les pouvoirs du maire lorsqu’il est absent du territoire de la municipalité ou est empêché de remplir les devoirs de sa charge.

Source : Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire

Rémunération des élus

En vertu du projet de loi no 122 visant principalement à reconnaitre que les municipalités sont des gouvernements de proximité et à augmenter à ce titre leur autonomie et leurs pouvoirs, sanctionné en juin 2017, le conseil municipal doit, dès le 1er janvier 2018, fixer par règlement la rémunération de tous ses membres. Les règlements municipaux sur la rémunération des élus continueront de s’appliquer jusqu’à ce qu’ils soient modifiés.

En 1998, le conseil municipal a adopté le règlement no 723 fixant le traitement des élus en remplacement du règlement no R-392 puis, en 2003, le règlement no 836 modifiant le règlement no 723 en considération de la croissance de la population, des infrastructures, des équipements et des budgets de fonctionnement ainsi que de l’implication des élus, particulièrement du maire, pour assurer, au profit des citoyens, la direction politique de la Municipalité. En vertu de ce règlement, la rémunération annuelle de base en 2003 était établie à 46 100 $ pour le maire et à 8 845 $ pour les conseillers municipaux.


Modifications au règlement no 723
Règlement no 836 (modifications aux articles 1 et 3)
Règlement no 1166  (modifications à l’article 1)

Allocation de dépenses

L’allocation de dépenses correspond au montant égal à la moitié de la rémunération de la Municipalité et des organismes, jusqu’à concurrence de 16 476 $, montant ajusté annuellement en janvier avec l’indice des prix à la consommation (IPC). Si le total excède le maximum prévu, l’excédent est retranché du montant des organismes auquel il aurait eu droit.

L’indexation correspond au taux d’augmentation de l’indice des prix à la consommation (moyenne annuelle) pour la région de Montréal établi par Statistique Canada. En 2015, 2016 et 2017, le conseil municipal a renoncé à l’indexation de sa rémunération.

  Direction générale et cabinet du maire