Photo d'un bac de cuisine pour la collecte des matières organiques

Collecte de matières organiques

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a élaboré un Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles (PMGMR) dont le principal objectif est de recycler 60 % des matières organiques résiduelles d’ici 2025; il est applicable aux 82 municipalités du territoire de la CMM.

Les jeudis aux deux semaines

  • du 4 janvier au 26 avril
  • du 11 octobre au 20 décembre

Tous les jeudis

  • du 26 avril au 11 octobre

Les jours de collectes sont indiqués au calendrier du site ainsi qu’au calendrier municipal.

Le contrat pour la collecte à domicile automatisée, le transport et le traitement des déchets et des matières organiques a été octroyé à Services Matrec inc. pour les années 2017 à 2021.

Consultez aussi…
Compostage à domicile

Image d'un crochet formé de matières organiquesEnsemble, mettons-y toute notre énergie!

La participation citoyenne est au cœur du succès de la collecte des matières organiques.

Consignes

Les matières acceptées peuvent être déposées directement dans le bac brun de 240 L ou préalablement dans un sac ou contenant fait de papier. Aucun sac de plastique, même identifié comme étant biodégradable ou compostable, ne doit être utilisé pour cette collecte.

Afin que la collecte puisse être effectuée dans les temps prescrits, la Municipalité vous demande de suivre les consignes suivantes.

  • Placez le ou les bacs bruns de 240 L (contenants admissibles, voir ci-dessous) en bordure de la propriété avant 7 h le jour de la collecte en respectant un dégagement d’un mètre avec tout autre élément en place (voiture, poteau, autre bac, etc.).
  • Toutes les matières doivent être placées dans les contenants admissibles, en respectant la quantité permise par unité d’habitation. AUCUN SURPLUS N’EST ACCEPTÉ.
  • Les poignées et les roues du bac doivent être orientées vers la maison.
  • Retirez préalablement tout système de verrouillage contre la visite d’animaux ayant été ajouté à votre bac, faute de quoi les matières ne seront pas ramassées.

Bac brun de collecte des matières organiques (organibac) et petit contenant de cuisine

Contenants admissibles

Seuls les bacs roulants bruns de 240 L fournis par la Municipalité peuvent être utilisés pour ces collectes.

  Maximum 2 bacs permis par unité d’occupation résidentielle et 4 bacs par unité d’occupation commerciale ou industrielle (augmentation de la tarification applicable pour les bacs supplémentaires).

L’Organibac est muni d’un transpondeur (puce électronique) permettant de relier le bac à l’adresse où il a été livré ainsi que d’établir des statistiques d’utilisation.

Si le couvercle du bac ne se referme pas complètement, il est recommandé de placer le bac au soleil quelques jours, ce qui lui permettra de reprendre sa forme et de se refermer normalement. Si le problème persiste, veuillez en informer la Municipalité.

Un règlement municipal concernant les collectes et dépôts de matières résiduelles sera prochainement adopté par le conseil municipal et rendra obligatoire la participation des Grandbasiloises et Grandbasilois à cette collecte.

Propriété du bac roulant et responsabilité

Le bac roulant demeure la propriété de la Municipalité à l’adresse à laquelle il a été livré. Chaque propriétaire en est responsable et doit assumer son remplacement, s’il y a lieu, les frais sont déterminés par le règlement décrétant la tarification. Si vous déménagez, vous devez le laisser sur place.

Pour éviter le vol ou le bris de cet équipement municipal, identifiez le bac à votre adresse, placez-le en cour latérale ou arrière et laissez-le le moins longtemps possible en bordure de la voie publique les jours de collecte.

Si vous êtes témoin d’un vol ou d’un geste de vandalisme, contactez la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent. Si vous trouvez un bac égaré qui n’est pas identifié, veuillez le signaler à la Municipalité.

Période hivernale

Pour ne pas nuire aux opérations de déneigement et à la circulation des automobilistes et des piétons, la Municipalité demande la collaboration des citoyens afin que les bacs demeurent accessibles pour les manœuvres des collectes semi-automatisées sur leur propriété, en évitant de les placer sur les infrastructures publiques dont les trottoirs. De plus, il est à noter que le bac roulant ne sera pas ramassé s’il n’est pas dégagé de la neige.

Informations générales

Commerces, condos et multilogements

En 2017, la Municipalité a mandaté Nature-Action Québec, d’une part, pour évaluer les besoins particuliers des commerçants et des propriétaires de condos et de multilogements et, d’autre part, pour offrir des rencontres d’information et tenir des kiosques lors de certains grands évènements municipaux.

L’organisme poursuit ce mandat en 2018 pour l’évaluation des besoins lorsque plus de trois bacs sont requis, et ce, afin que la Ville puisse établir des règles équitables et trouver des solutions favorables aux propriétaires et aux occupants.

Des organibacs ont déjà été distribués à certains commerces ou institutions pour lesquels une quantité maximale de trois bacs pouvait répondre aux besoins; une sensibilisation à l’utilisation adéquate de cette collecte est faite au cours de la période estivale 2018.

Questions/réponses

Les feuilles mortes ont très peu de valeur méthanogène en comparaison à des résidus de jardinage tels que le gazon ou les fleurs coupées; son apport à la biométhanisation est faible. Il est donc suggéré de valoriser les feuilles mortes dans un compost maison ou en pratiquant l’herbirecyclage.

C’est le procédé utilisé au centre de traitement qui permet de déterminer si une matière est acceptée ou non. Le processus de biométhanisation ne permet pas de traiter les sacs de plastique compostables ou biodégradables, car ces derniers ne sont pas méthanogènes. En fait, le cycle de dégradation des sacs de plastique, même ceux qui sont compostables ou biodégradables, est beaucoup plus long que le cycle de compostage des matières organiques. À la fin de ce cycle, des lambeaux de plastique demeurent dans le produit fini. Ce sont ces lambeaux qui flottent à la surface qui ne peuvent être traités avec l’ensemble de la matière organique.

La SÉMECS considère la récupération des couches de bébé, vu la quantité envoyée chaque année vers les sites d’enfouissement, comme un élément important favorisant la participation des citoyens à la collecte des matières organiques. Le plastique des couches est donc retiré en amont du procédé de biométhanisation.

L’orientation gouvernementale vise à valoriser plutôt qu’à enfouir les matières organiques à partir de 2020. Les municipalités sont soumises aux orientations du gouvernement en matière de gestion des matières résiduelles et font des efforts pour y parvenir en diminuant leurs couts de gestion par la vente du biogaz, l’apport d’une clientèle extérieure, le remplacement ou la diminution des fréquences d’une collecte par rapport à une autre, ou encore, en mettant les efforts nécessaires pour diriger les matières organiques vers un centre de traitement plutôt que de les enfouir.

La construction du centre de traitement par biométhanisation est un investissement à long terme, soit une durée de vie d’environ 20 ans. Son cout d’investissement est estimé à 59 M$ et une aide financière gouvernementale de 31 M$ (non remboursable) a été accordée.

La notion de rentabilité s’applique difficilement dans ce cas puisqu’il s’agit d’un investissement sur le plan économique, social, mais surtout environnemental. Ainsi, pour le citoyen, l’impact principal se situe davantage au niveau des changements de comportement et des habitudes. Toutefois, il est à noter que pour chaque tonne de matières dirigée vers un lieu d’enfouissement, les citoyens paient une redevance de 22,57 $, qui n’est pas à payer si les matières organiques sont dirigées vers le nouveau centre de traitement par biométhanisation, lequel permettra d’éviter l’enfouissement d’environ 11 300 tonnes de matières par an.

Centre de traitement des matières organiques

Afin de mettre sur pied un centre de traitement des matières organiques par biométhanisation, la MRCVR s’est jointe aux MRC de Marguerite-d’Youville et de Rouville pour former la Société d’économie mixte de l’est de la couronne sud (SÉMECS), un consortium municipal desservant une population de plus de 235 000 citoyens qui exerce la compétence des MRC à l’égard du traitement des matières organiques.

Avec son partenaire privé Biogaz EG, la SÉMECS, a planifié la construction de l’usine dans le Novoparc de Varennes, signataire de la Charte du développement durable de la Montérégie-Est préparée par le Conseil régional de l’environnement de la Montérégie (CREM).

* Advenant que l’usine de biométhanisation ne puisse être opérationnelle en janvier prochain, les matières seront acheminées par les Services Matrec vers le centre de traitement des déchets organiques Laflèche Environnement en Ontario.

La biométhanisation

Il s’agit d’un procédé de recyclage biologique ou de dégradation des matières organiques sous l’action de microorganismes en l’absence d’oxygène, processus appelé de méthanisation qui produit un digestat, qui peut être valorisé comme fertilisant agricole, et du biogaz qui peut être récupéré en raison du méthane qu’il contient puis utilisé comme énergie renouvelable.

  Services techniques (génie et travaux publics)